Témoignages

Paroles des jeunes parrainés parce que ce sont eux le cœur de notre projet… Et témoignages de nos volontaires et bénévoles car ils rendent possibles nos rêves.

Témoignages parrainés

Koffi Félix Ahiableame

Parrainé depuis 2010, bachelier en 2013

J’ai participé aux camps de 2011, 2012 et 2013 en tant qu’élève parrainé par l’asso, ce sont des moments d’échange où j’ai appris beaucoup de choses des bénévoles français qui nous faisaient les cours de mise à niveau dans les matières comme Maths, Français et Anglais, ainsi que les jeux que nous faisions les soir et surtout la formation en secourisme dirigé par Ludovic. En 2014, j’ai participé au camp en tant que bachelier et bénévole togolais et cette période a été riche en échanges avec les bénévoles français, les responsables de l’asso et les parrainés de Niamtougou. Je profite pour remercier les membres, bénévoles ainsi que les partenaires de FIVE HEARTS pour ce qu’ils font pour les enfants du Togo.

Yakinou Ouro

Parrainé depuis 2010, bachelier en 2012

L’association Five Hearts est une structure franco-togolaise qui a vu le jour grâce aux initiatives d’un togolais répondant au nom de Dodzi DEGBOE. Elle n’est pas à but lucratif. L’association a pour but d’aider à la scolarisation des enfants nécessiteux mais excellents à l’école. L’association vise aussi à favoriser un brassage culturel entre la France et le Togo. Moi personnellement, je suis un fruit de l’association qui m’a accueilli à bras ouverts en 2010 lorsque j’entrais en classe de seconde. Elle a aidé à ma scolarisation jusqu’à la classe de terminal voire même après mon baccalauréat. Tout cela a contribué à ma réussite aujourd’hui. Je suis actuellement en semestre 5 en Faculté de Droit à l’Université de Lomé. Je tiens vraiment à remercier l’association pour tout ce qu’elle a fait pour moi jusqu’à lors et je tiens vraiment à encourager les bonnes volontés qui veuillent bien contribuer à aider la scolarisation des enfants nécessiteux au Togo.

El-Fadel Bonfoh

Parrainé depuis 2010, bachelier en 2012

En 2010 quand ma mère a reçu un coup de fil de Five Hearts. Après la première convocation je me suis dit que c’est encore l’une de ces initiatives qui vous promettent des cartons mais qui ne vont jamais au bout. Mais non, five hearts ne s’est pas arrêté à des paroles. On a été les premiers parrainés et on a débuté avec les moyens de bords. Ce que j’aimais le plus ce sont les camps d’été passé avec des bénévoles à l’instar de Damien, Lydie, Nadine, Lucile, la liste est longue.

Je n’oublie pas ces fournitures scolaires que l’on recevait à chaque fin de camps, ces vêtements, ces chaussures, ces aides financières pour couvrir nos frais scolaires. Aujourd’hui suis boursier et je poursuis mes études supérieures au Maroc. Quand j’étais rentré cet été 2014, j’ai vu comment Five Hearts continue à pousser et à nourrir de grandes ambitions, plus de parrainés, plus de chances pour ces derniers qui ont eu même certains privilèges que nous on n’avait pas eu. Par ce témoignage je tiens à remercier Five Hearts, son président fondateur et tous ces bénévoles pour leur engagement dans le bien être des meilleurs et démunis élèves que j’ai été.

Témoignages volontaires

Florence

Volontaire Camp 2014

Au Togo, j’avais l’impression d’être une Florence modérée, qui se contrôle pour mieux gérer la vie avec une dizaine de personnes que je ne connais pas dans un monde avec des repères si éloignés des nôtres.

Ici les voitures d’autoécole circulent sur les terrains de foot. Il y a des trous de 15 centimètres par 15 dans les murs des écoles pourtant ça sent la chaleur humaine à l’intérieur. Quand on passe ça crie « yovo yovo » (blanc) avec des grands coucous et un sourire jusqu’aux oreilles. Les enfants nous prennent dans les bras, par la main et je me laisse entrainer par cette vague de joie. Thomas avec ses cris suraigus et son grand sourire marche en canard avec un pantalon bouffant et dès qu’on a le dos tourné, il court dans toute la classe.

On ne manque pas de lancer un joyeux « pour qui te prends tu ? » quand Alex nous lit une envolée lyrique dans une dissert de français. On forme vraiment une équipe géniale, on est bien tous ensemble et personne ne vient prendre toute la place.

Ce qui m’a le plus marqué ce n’est pas forcément la pauvreté des gens en soit bien qu’elle soi très présente mais celle du pays tout entier, architecturale, culturelle… C’est en visitant un petit village trop loin de tout ça que j’accède à des richesses culturelles intéressantes. Pour la première fois depuis mon arrivée, des enfants se battent. Eux qui d’habitude se sourient, ne pleurent jamais. Je tente de les séparer et demande à quelqu’un ce qui se passe. « il l’a insulté ! » me lance t’il « il l’a traité de sorcier ! ». Ici très sérieusement on te raconte que « mon oncle a tué mon père, il est allé voir un sorcier », « c’est normal de faire des sacrifices humains ».

Niamtougou, le village où nous avons donné des cours après Lomé : chez la Tata, la tante de Dodz, une maîtresse à la retraite, le verrou des toilettes est à l’extérieur. On mange dans une sorte de cercle abrité et on fait des siestes sur le tapis en plastique. On marche 45 minutes pour aller à l’école. Le rythme change : levé 6 heures, couché 22 heures. Tata vient pour les cours et les jeux avec nous. On fait une clef de saint George togolaise « Le renard va courir » entonne Tata en courant courbée autour d’un cercle gigantesque. Les enfants continuent en cœur « nous allons rire » Phrase qui peut résumer la joie qui ne quitte jamais les cœurs, comme si ici on ne pouvait pas être mal. D’ailleurs on ne se le demande même pas, qu’est-ce que ça peut bien changer qu’on soit bien ou mal.

Marc

Volontaire Camp 2014

Si je devais être bref et rester fidèle au côté soutien scolaire de mon expérience togolaise, je dirais qu’un camp Five Hearts, c’est un grand exercice de maths.

Une gigantesque addition de dizaines de paires d’yeux qui te regardent t’agiter avec une craie au tableau sans forcément tout comprendre, de quelques paires d’yeux qui comprennent quelque chose à ce que tu racontes et l’écrivent sur leur cahier froissé quand ils trouvent un stylo,  une addition d’heures à voir des gosses courir entre les tables beaucoup plus vite que toi, à voir aussi leur sourire quand ils jouent au foot ou à l’élastique dans une cour de récré qui laisse à tes chaussures des souvenirs de terre pour la vie, leur fierté d’avoir trouvé la bonne réponse à une question en anglais, leurs doigts colorés par l’atelier peinture (et leur visage aussi). Un camp Five Hearts c’est une rencontre avec une équipe de bénévoles au top que tu veux revoir et garder comme amis, et le mélange de leurs compétences pour que les enfants et eux-mêmes partagent un moment inoubliable. C’est donc aussi un grand exercice de conjugaison.

Charlotte

Volontaire Camp 2014

Nous voilà à fond dans les préparatifs : préparation des valises de dons, Visa, vaccins, ordonnance, préparation des cours ! L’excitation est à son comble mêlée à une pointe de stress.

Les proches et collègues me prédisent une expérience humaine riche et un dépaysement total. Oui, j’imagine bien vivre tout cela mais peut-on en mesurer l’intensité avant d’y être?

Le jour du départ a sonné et avec lui une arrivée dans un pays jusque-là inconnu pour moi.

Les valises posées, commence alors un séjour inoubliable. Le groupe de bénévoles apprend à se connaître le temps d’un week end, d’une journée pour certains et nous voilà déjà en direction du lycée où nous allons faire du soutien scolaire auprès d’élèves togolais du CP2 à la terminale.

Sur la route, des enfants nous saluent avec enthousiasme en chantonnant « Yovo, Yovo bonsoir », les adultes nous sourient en nous souhaitent une « bonne arrivée ».

La rencontre avec les enfants se fait avec beaucoup de pudeur. La première heure chacun s’observe avec bienveillance pour se découvrir un peu plus. La 1ère demi-journée se déroule à merveille. Les premiers cours sont l’occasion de se rendre compte des attentes des élèves. Ce sera discours direct/indirect pour les 4ème et 3ème, forme passive et active, révision de conjugaison et grammaire, dictée, et orthographe et mathématique pour les CE1 et CE2. Les élèves souhaitent de l’interaction et adorent passer au tableau. Les cours seront remaniés pour prendre cela en compte, dans une ambiance studieuse et chaleureuse relevée de quelques morceaux de musique et d’une tonne de rigolade!

Les après-midi se déroulent dans une joyeuse ambiance de colonie de vacances : foot, base-ball, peinture, danse, confection de bracelets, jeu du loup-garou,…. Sans oublier une séance de prévention des drogues pour les plus grands.

Nous sommes enchantés de retrouver les jeunes chaque jour et le temps passe trop vite! Une grande complicité et des liens d’amitié se créent !

Le samedi est organisée une visite médicale pour les enfants parrainés. Elle sera complétée pour certains par une visite ophtalmologique. Certains ont des petits maux, d’autres ont malheureusement de plus grands maux nécessitant plus qu’une ordonnance et des examens complémentaires chez des spécialistes. Quand pourront-ils être organisés?

Un atelier excel/word pour les plus grands suivi d’un atelier CV/LM et le séjour touche à sa fin pour 3 d’entre nous qui ne pouvons rester davantage.

Ce séjour aura été exceptionnel : les moments passés avec les enfants, la complicité au sein de l’équipe de bénévoles, la découverte de ce pays très accueillant…. Et c’est avec un gros pincement au cœur et le goût d’inachevé (on aurait voulu faire plus) que je quitte le Togo… mais riche de tous ces échanges, rencontres, sourires, et fous-rires! Alors oui, c’est une expérience humaine exceptionnelle qui secoue mais pour en mesurer la portée il faut la vivre alors allez-y !!!

Delphine

Volontaire Camp 2014

5ème édition, 3ème participation et toujours autant d’émotions !

Une nouvelle aventure humaine où le maître mot est le partage.

On part de France les valises pleines de dons (vêtements, fournitures scolaires, livres…) et elles reviennent remplies de jolis souvenirs, d’amour, de joie et des plus beaux sourires de nos chers parrainés.

On a vite fait d’oublier les longues soirées à préparer les cours et les activités pour les enfants devant leurs yeux pétillants qui découvrent leur idole, Master Just, en chair et en os, venu les saluer et partager quelques pas de danse « Gweta ». Une surprise concoctée par le Président de Five Hearts pour le plus grand plaisir des enfants. Une semaine qui passe bien trop vite ; un énorme pincement au cœur quand arrive l’heure de leur dire au revoir.

Mais c’est aussi avec une grande satisfaction, une fois dans l’avion qui nous ramène en France, qu’on raye les actions de la liste « Camp FH 2014 » et qu’on commence à réfléchir à celles du « Camp FH 2015 » Smile

Vivement la prochaine aventure Five Hearts !

Alice

Volontaire Camp 2013

Je suis partie 2 semaines en tant que bénévole dans l’association FIVE HEARTS dont le but est de permettre la scolarisation d’enfants que les parents n’ont pas les moyens de financer. Nous étions 8 bénévoles, je suis partie avec une amie, Marie, et ai rencontré des gens extraordinaires, des bénévoles des togolais. Le matin nous donnions des cours à Lomé. Je faisais de l’anglais avec des 6ème et 5ème et du français avec des 3ème.   L’après-midi nous jouions avec les enfants parrainés et d’autres enfants de la rue qui venaient se joindre au groupe. C’est lors de ces moments que j’ai  lié des liens forts avec les enfants et me suis attachée énormément.  C’est dingue de voir que même s’ils n’ont rien ils ont le sourire, ils sont volontaires, toujours contents, aidants.

Nous étions vraiment au cœur de la vie togolaise et j’ai pu appréhender cette vie africaine (douche froide avec seau, nourriture typique, chasse d’eau cassée,…) alors que nous avions déjà bien plus de commodités que les locaux.
Ceci m’a permis de voir la solidarité présente dans ce pays, l’accueil on ne peut plus chaleureux des togolais et leur joie de vivre.
On a aussi visité le nord du Togo avec au programme un safari, la visite des tatas : maisons typiques comme dans kirikou, baignade dans une cascade,…
En fait j’ai vécu, ressenti, découvert tellement de choses extraordinaires durant ce voyage que c’est juste impossible de  vous le faire partager comme je le voudrais. Une seule solution : allez au Togo !! Wink

Je compte déjà y retourner l’été prochain pour vivre et revivre tous ces moments fabuleux !

Nadine

Volontaire Camp 2011

Lorsque j’étais à la recherche d’un voyage humanitaire début 2011, j’ai entendu parler de l’association Five Hearts par l’intermédiaire de François et Delphine que je connaissais. Ils m’ont vivement recommandé ce voyage dont ils avaient gardé un excellent souvenir.

Et ce voyage s’est en effet révélé être formidable pour plusieurs raisons.

 

Tout d’abord, la première, et celle qui m’a le plus touchée : les enfants. Au Togo, les enfants ont quelque chose de particulier, une pureté inouïe, une incomparable beauté de l’âme, qui vous boulverse et vous va droit au cœur. Dès que leur regard se pose sur le vôtre, ce regard pétillant et intense vous émerveille, et vous ne pouvez ensuite qu’être enchanté par leur gentillesse, leur générosité, leur joie de vivre, leur tendresse. De plus, en ce qui concerne les cours, les élèves que j’ai eus se sont montrés très sérieux et assidus. Le seul bémol était le faible nombre de volontaires cette année : j’étais seule à gérer un groupe de 15 élèves de 12 à 17 ans, mais heureusement que j’avais de précieux assistants pour m’épauler. J’ai passé quelques soirées à bosser dur pour préparer les cours, mais les élèves, par leur implication, m’ont bien rendu cet effort et n’ont fait que renforcer ma motivation.

 

L’autre aspect de ce voyage qui m’a ravie est la beauté de ce pays : on ne peut être qu’admiratif devant les paysages verdoyants et la nature luxuriante du Togo. C’était vraiment agréable de se rafraîchir dans l’une des nombreuses cascades que l’on  trouve à l’issue d’une balade dans des chemins broussailleux. Ces chemins, ornés d’arbres superbes aux troncs imposants, nous ont donné l’occasion de découvrir mille et une variétés d’insectes, de fleurs, de papillons et de fruits sucrés. Les villes que nous avons visitées (Lomé, Togoville et Kpalimé) sont également intéressantes par leur diversité, notamment à Lomé où l’on peut trouver à la fois des rues non goudronnées, non éclairées et des quartiers chics en bord de mer qui font penser à des quartiers de villes occidentales. Un autre point d’intérêt dans les villes sont les marchés, grouillant de vendeuses de toutes sortes (ignames, ananas, mangues, arachides, poisson fumé, vêtements, chaussures…) et vêtues de pagnes colorés, dont le va-et-vient permanent fait penser à une mosaïque de couleurs animée.

 

Enfin, pour terminer, comment ne pas évoquer la grande générosité des togolais qui nous ont accueillis ? Toutes les personnes que nous avons côtoyées se sont montrées d’une rare gentillesse, et étaient prêtes à nous rendre service au moindre de nos besoins.

 

En résumé, ce voyage a été enrichissant à tous points de vue et j’en garderai un magnifique souvenir.

Damien

Volontaire Camp 2010 

Avant de partir au Togo avec Five Heart, j’envisageais ce voyage comme les 2 faces d’une pièce…

 

“Coté pile”, du positif un peu personnel : Bah, oui… Il faut bien avouer que, quelque part au fond de nous, on a tous envie de faire un truc de bien… C’est d’ailleurs souvent égoïste… Parfois quand on donne 5€ à un SDF, on se demande si on n’est pas plus heureux de l’avoir fait que lui de l’avoir reçu… quand on se lève pour laisser sa place dans un bus, quand on aide un aveugle à traverser la route ou bien qu’on offre 2 heures de soutien scolaire à un gamin de cité… il ne faut pas le nier, une petite part de nous se sent fier de l’action menée…

 

“Coté face”, la culpabilité d’être chanceux : Parce qu’il faut aussi reconnaître, qu’il subsiste toujours ce sentiment profondément désagréable d’inéquité social ou physique… 5€ ne sauveront pas la vie du SDF, un siège abandonné, une route traversée ou 2 heures de cours ne modifient pas la donne et ne change fondamentalement pas nos destinés : On est privilégié qu’on le veuille ou non !

 

Privilégié car personnellement contrairement à ces enfants que je m’apprêtais à rencontrer, mes 2 parents sont encore en vie, je prends 2 repas par jour… et même 3 le week-end… plus quelques cafés en semaine ; Et même si j’aime raconter que j’ai eu une scolarité parfois mouvementée, elle était obligatoire, gratuite, sans contre partie ! Puis dans le fond, je n’ai jamais eu à me soucier d’autre chose que de mes problèmes d’enfant.

 

Dans Five Hearts, c’était ces 2 côtés “pile et face” que je voyais. “Côté pile” me dire : « c’est bien Damien, tu as essayé de faire un truc sympa » mais surtout “côté face” : « Que vas-tu apporter en 2 semaines à des enfants qui n’ont rien »…

Je n’avais pas envie d’être l’Européen tranquille qui arrive avec ses convictions et de me retrouver face à la misère de ces jeunes, orphelins dans 80% des cas, qui me renverraient en pleine face l’immense injustice de notre société tout en me plaçant devant à cette montagne de culpabilité : « Pourquoi ai-je autant de tout et eux autant de rien… »

 

Et pourtant… Une fois arrivée au Togo, dès le premier jour, dès les premiers contacts, dès les regards et avant même les premières paroles… j’ai compris que je n’avais rien compris… ces côtés “pile et face” n’étaient que du vent… Pour ces enfants, même s’ils la vivent, la misère n’existe pas, la pauvreté ne se lit qu’au travers de nos yeux, mais eux ne s’en soucis guère… Eux, ils étaient là pour nous…

 

Nous pensions leur fournir matériel scolaire, livres, vêtements, chaussures, jouets et autres dons de France… Nous pensions leur donner quelques heures de notre temps en cours et en sport…

Nous avons cru que nous étions là pour améliorer leur quotidien…

Mais c’est eux qui ont amélioré le notre : Ils nous ont offert leurs sourires, leurs grimasses, leurs affections, leurs joies, leur bonne humeur permanente, leurs cris lorsque notre taxi s’approchait de l’école, leur attention et compréhension lorsque nous leur proposions des exercices scolaires parfois mal goupillé (hé oui… on n’est pas des profs !) et bien sûr leur gentillesse naturelle et évidente !

 

Le hasard ne choisit pas… on s’enorgueillit du “côté face” en pensant au bien que l’on va faire, on se désabuse du “coté pile” en se disant que ça ne sert à rien… mais on ne pense pas à la troisième solution, celle qui dit que c’est tout simplement un échange positif avec que du bonheur et surtout rien à perdre…

Nous étions arrivés des valises débordant de stylos récoltés à droite et à gauche et nous repartons à vide mais encore plus chargés qu’à l’aller, plus chargés de tout ce partage.

 

Pourtant Eux n’avaient qu’une chose à offrir : Leur amitié.

 

Lydie

Volontaire Camp 2010 

2009 : Dodzi, le président de l’asso Five Hearts, nous propose un voyage solidaire pour 2010. Je n’hésite pas longtemps, la proposition est vraiment alléchante : une semaine de soutien scolaire avec des enfants puis une semaine de visite guidée du pays ! On en parle vite à quelques copains et nous voilà embarqués pour deux semaines en Afrique…

Avant-veille du lancement du camp Five Hearts : grosse boule au ventre, panique !

Comment je vais faire ? Quelle méthodo, pédagogie je vais pouvoir appliquer ? Et puis, je ne suis pas prof moi…Bon Ok, j’ai déjà fait de l’aide aux devoirs en cité, mais là ça n’a rien à voir : je suis en Afrique à l’autre bout du monde et je suis censée apporter un savoir à des gamins en une semaine !

Et quand je demande aux copains si le stress se fait aussi sentir de leur côté, et bah non !

Donc, me voilà bien embarquée ! Matin travail en salle, après midi jeux en extérieur.

La première journée d’approche, les enfants comme moi étions sur notre réserve.

Et après…Après avoir passé ce cap : du bonheur !!!

Les jeunes que nous avons encadrés sont futés, dynamiques et motivés.

Les après midi sportives étaient très chouettes avec beaucoup de joies partagées, beaucoup de jeunes enfants (5 à 10 ans) qui se sont greffés à nos jeux à la française (épervier, 1 2 3 soleil, la thèque, le chef d’orchestre…).

J’ai adoré cette semaine d’échange, d’immersion dans une culture qui m’était inconnue. J’ai été impressionnée par la gentillesse de ces jeunes et émerveillée de constater que le lien s’est crée très naturellement.

La deuxième semaine a également eu son apport en belles surprises : marchés colorés, cascade d’eau, réserve naturelle, visite d’un site protégé, baignade à la mer avec des vagues de folies…).

Et pour couronner le tout : les togolais sont gentils, accueillants et ont vraiment embelli ce séjour.

Voilà : je rentre avec beaucoup d’émotions et d’images que j’aurais du mal à décrire. J’ai simplement vécu mes plus riches vacances au Togo !

Lucile

 

Volontaire Camp 2010 

Ça aurait été sans doute parfait sans… la tourista, les singes qui mordent, les moustiques qui tournent autour de ton oreille quand tu essaies de dormir et que tu te demandes si tu n’as pas oublié de prendre ton cachet contre le palu…

Mais en fait, mis à part ca, c’était un sans faute. Un voyage dont je rêvais (je veux dire, partir en Afrique (ailleurs qu’en club en Tunisie j’entends bien..), donner de mon temps (oui, les profs ont de grandeeees vacances..) (mais bien méritées..) et avoir l’impression d’être utile et d’apporter quelque chose).

Immersion totale garantie. Les premiers jours furent, je l’avoue, un peu étranges : les regards qui se tournent vers vous, qui vous fixent et ne vous lâchent pas (rien à voir avec notre beauté indéniable…), des signes de la main à tout va pour dire bonjour, des caresses sur les bras pour toucher « le blanc », des « Yovo yovo » à tous les coins de rue,  ou des enfants qui se cachent dans les arbres pour nous éviter…

Et puis, le Togo, c’est comme les Champs-Élysées avec le plan Vigipirate, y’a pas de poubelles. Ton sachet d’eau est fini (celui qui donne la tourista…), jette le donc par terre !… Tu cherches un passage piéton, ne cherche plus… Tu veux faire pipi ? Ces quelques pierres feront l’affaire… Et pour les plus gros besoins, prends donc un épi de maïs pour t’essuyer Smile

Au début, c’est étrange. Et puis finalement, tu apprends à vivre comme ca, et même si tout ne te convient pas (vive les poubelles bleues marrons et jaunes) et que tu es habitué à un certain confort de vie que tu as quasiment toujours connu, rien ne vaut un peu de changement comme celui qu’on a vécu. Un changement qui te change aussi. Des couleurs, des accents, des gens accueillants, souriants, volontaires, prêts à rendre service et à donner sans rien attendre. Qui ont l’air de se contenter de ce qu’ils ont, et qui sont heureux de te voir débarquer en taxi (et surtout en retard) tous les matins pendant une semaine. Qui t’accueillent avec leur « check » (que j’essaie toujours désespérément de maîtriser) et leur « bonne arrivée » avec tout leur corps qui sourit en même temps que leur bouche..

On devait s’occuper de 25 « enfants ». 25 « enfants » avec des prénoms qu’on retenait grâce des moyens mnémotechniques (avec une réussite plus ou moins probante…), 25 « enfants » qui se lèvent pour prendre la parole, qui se taisent quand tu prends la parole (c’est assez exceptionnel pour être souligné..), qui marchent une heure pour pouvoir suivre tes cours de soutien.. (Enfin, quand je dis 25 enfants, je parle seulement du matin. On voulait voir du monde, on n’a pas été déçu quand on a vu débarquer plus d’une soixantaine d’enfants la première après-midi jeux).

Ces 25 « enfants » (et plus), qui, après avoir été bien timides, finissent par te prendre dans leurs bras, te montrent leur culture et leur façon de vivre, t’interrogent sur ta façon de vivre, t’entourent de tendresse et de gentillesse, naturellement. Et t’apprennent, entre autre, quelques rythmes et chansons…

Faï faï Sofia ayé  ayé  ayé Faï faï Sofia ayé …

Et puis, nous avons reçu l’accueil le plus chaleureux qu’il soit, des gens serviables et heureux de recevoir. Nous avons vu des paysages magnifiques, nous avons eu quelques fois peur en voiture (si peu..) et froid sous la douche (si peu aussi), une autre vie. Un voyage bien plus étonnant et enrichissant que tous ceux que j’ai pu être amenée à faire jusqu’ici..

Five Hearts en quelques chiffres

Depuis sa création en 2009, l'association rassemble les fonds et les bonnes âmes

140

54

13

4

enfants
parrainés

bénévoles
Five Hearts

bacheliers

tonnes de dons
distribués

Suivez-nous

Infos

Five Hearts

7 avenue Maurice Ravel
94430 Chennevières-sur-Marne

Copyright © 2012 So So Wide